Nos partenaires

Pulsalys

• PULSALYS, incubateur et accélérateur d’innovations DeepTech de Lyon et Saint-Etienne, construit les produits & services innovants de demain, en transformant les découvertes scientifiques issues des laboratoires de l’Université de Lyon en opportunités économiques pour les entreprises et les startups. PULSALYS est la Société d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT) du territoire de Lyon - Saint-Etienne créée en décembre 2013 dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) initié par l’Etat. A partir des innovations de la recherche, PULSALYS bâtit et développe des projets à fort potentiel technologique qui constituent le socle pour la création de startups DeepTech, ou des avantages concurrentiels pour des entreprises existantes. En quelques années, PULSALYS est devenu un acteur clé pour l’attractivité et le développement économique du territoire avec plus de 270 projets pour 27 M€ investis depuis sa création ; 104 startups Deep Tech créées qui ont levé 105 M€, fait 5.5 M€ de CA et créé plus de 430 emplois ; et 38 entreprises (PME/ETI/Grand Groupe) qui ont également bénéficié des innovations issues de la recherche. Pour plus d’informations : http://www.pulsalys.fr

• Rôle dans la startup : Pulsalys est actionnaire de la société et fait partie du comité stratégique de la startup, il soutient l’équipe dans le développement de la startup grâce à ses experts (obtention de subventions, propriété intellectuelle, questions juridiques, communication, ressources humaines, ...).

iP2i

• L’IP2I, Institut de Physique des 2 Infinis, s’appuie sur plus de 50 ans de recherche dans les domaines de la physique subatomique tels que la physique nucléaire et la physique des particules, et participe à de grands programmes internationaux du domaine au CERN et dans le monde entier. Il mène aussi des recherches interdisciplinaires liées à la santé et à l’énergie nucléaire.

• MUODIM bénéficie de l'infrastructure et de l'expertise "détecteur" et "physique des particules" de ce laboratoire, apportée par l'équipe de recherche dirigée par Jacques Marteau.